Mon Histoire

Salut,

J’ai 25 ans et je suis étudiante en master à Montréal. Je me souviens avoir toujours été en colère contre mes cheveux , et ce depuis que je suis à l’école primaire. Nous ne nous rendons peut être pas compte mais les cheveux constituent une partie importante de la beauté d’une femme. De beaux cheveux apportent une certaine admiration et un certain charme tandis que des cheveux secs, cassants et mal entretenus donnent l’impression que nous ne prenons pas soin de nous mêmes. Pourtant ce n’est pas toujours vrai. J’ai toujours été la fille aux cheveux les plus moches. Alors pour les cacher, très jeune j’ai commencé à faire des tresses, faire des défrisage , des tissages, des colorations etc. J’ai complètement abimé mes cheveux de mon primaire à mon arrivée au lycée. Alors j’ai fais mon 1er big shop. Je devais avoir 16ans. Après 3 ans, pour la 1ère fois de ma vie j’étais assez satisfaite de mes cheveux. Ils avaient bien poussés. Puis l’an dernier, j’ai déménagé à Montréal et ils ont commencé à chuter. Sans raison apparente. Je me suis dis que c’était probablement due au changement brutal d’environnement et de climat mais après quelques mois il n’y avait pas d’évolution. J’ai vu des médecins qui m’ont diagnostiqué une carence en fer. Mais même après avoir pris des suppléments de fer, mes cheveux ne semblaient pas repousser. Alors j’ai encore fait un big shop. Ils repoussent mais de façon non homogène, et ils sont encore secs et cassants. Alors j’ai décidé que 2021 serait l’année où je donnerai de l’amour à mes cheveux. Je compte me concentrer pour connaître et entretenir mes cheveux afin qu’il deviennent plus beaux et surtout plus sains. Ce n’est pas uniquement pour des soucis de physique , c’est surtout pour me permettre de retrouver ma confiance en moi. L’Afro de la femme noir c’est bien plus que des cheveux. C’est politique. J’ai décidé de créer ce blog pour en premier me motiver moi à ne pas laisser tomber. Puis pour motiver et inspirer d’autres femmes noires qui serait dans le même cas que moi. Nous devons y croire, nous pouvons le faire.